Interview de Laurent Levy sur France Info – 6/07/2017

Laurent Levy, président d’Optical Center : « Nous serons leaders en France en 2020 »

 

Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé mardi 4 juillet, lors de son discours de politique générale, que « tous les Français auront accès à des offres sans aucun reste à charge » pour les soins dentaires, les lunettes et les prothèses auditives d’ici 2022.

Sur franceinfo, Laurent Lévy, président de la chaîne d’opticiens Optical Center qui compte 500 magasins, estime que les opticiens vont devoir financer en partie cette mesure. Il assure de son côté qu’il va « baisser les prix ».

franceinfo : Allez-vous baisser le prix des lunettes pour contribuer à l’offre « zéro reste à charge » ?

Laurent Lévy : L’offre « zéro reste à charge » fait déjà partie de celles d’Optical Center, depuis plusieurs années. Lorsqu’Emmanuel Macron m’a remis le prix du développement économique France-Israël, lorsqu’il était ministre de l’Économie, je lui en avais parlé. Et je suis très agréablement surpris qu’il étende ce que nous faisons à l’ensemble des acteurs de la filière.

Selon l’UFC-Que choisir, le budget pour les lunettes est, en France, supérieur de 50% à la moyenne européenne. Comment cela se fait-il ?

On n’achète pas la même chose. En Espagne, ils n’achètent pas de verres progressifs. Ils portent des verres uniquement pour voir de près. Si on compare le même verre et la même monture, nous sommes bien moins chers, de 10%.

Qui va financer cette mesure, qui coûte 4 milliards d’euros ?

La sécurité sociale, je ne pense pas. Sûrement les mutuelles pour une partie, et les opticiens pour l’autre. Nous allons continuer à baisser les prix. Plus on a de magasins, plus on peut négocier des prix moins chers chez nos fabricants, et répercuter cette marge-là chez nos clients.

Interview de Laurent Lévy sur Les Échos – 07/04/2016

Optical Center : l’opticien qui veut opérer ses clients

Laurent Lévy, PDG d’Optical Center, aime secouer marché français l’optique.
L’enseigne de Laurent Lévy veut développer un réseau de cliniques spécialisées dans la chirurgie réfractive. La première a été inaugurée ce mercredi à Lyon.

Quinze ans après l’ouverture de sa première boutique, Laurent Lévy n’en finit pas de secouer le marché français de l’optique. Il a inauguré ce mercredi soir à Lyon la première clinique de chirurgie réfractive à sa marque. Un investissement d’environ 1 million d’euros.

Le franco-israélien, qui vit à Jérusalem mais reste, précise-t-il, résident fiscal en France, gère la cinquième chaîne française d’opticiens avec 445 points de vente fin 2015 pour un chiffre d’affaires de 484 millions d’euros, dont plus de 10 % réalisés avec les prothèses auditives. Son entreprise connaît une croissance annuelle de 10 % grâce à un concept affirmant offrir les prix les plus bas du marché, mais aussi grâce à un fort développement en franchise (Laurent Lévy possède en direct 100 unités) effectué uniquement avec d’anciens salariés du groupe. En 2016, Optical Center prévoit d’ouvrir 100 nouveau magasins, malgré l’inversion de la tendance d’un marché qui devrait se réduire de 1 milliard dans les trois ans en raison du passage d’une fois par an à une fois tous les deux ans des remboursements effectués par la Sécurité sociale et les mutuelles.

Lutte contre les fausses factures

Ces dernières années, Laurent Lévy a agité le milieu feutré des opticiens français en attaquant plusieurs enseignes concurrentes devant la justice. Son objectif était de lutter contre « l’optimisation de facture », c’est-à-dire la pratique longtemps assez répandue, qui consiste pour un opticien à caler le prix des lunettes sur les possibilités de remboursement du client, quitte à faire glisser la part consacrée aux verres correcteurs vers les montures. Le patron d’Optical Center a envoyé des clients mystères chez ses concurrents pour témoigner de ces faits et a réussi a faire condamner Afflelou puis, début 2015, la coopérative d’Optic 2000. Cette dernière décision a d’autant plus défrayé la chronique que le tribunal de commerce de Paris a condamné Optic 2000 à verser à Optical Center 30 millions de réparation, ce qui a conduit les coopérateurs à se mettre sous procédure de sauvegarde . « Dans mes magasins, je voyais que cette pratique nous faisais perdre un client, puis un deuxième, etc. J’ai voulu y mettre fin », commente-t-il aujourd’hui.

Huit secondes pour soigner la myopie

La création d’un clinique destinée à corriger de façon chirurgicale la myopie ou la presbytie constitue une secousse d’un autre genre. Pour un vendeur de lunettes et de lentilles, opérer ses clients afin qu’ils n’aient plus besoin de lunettes ou de lentilles peut paraître paradoxal. « Mais, répond Laurent Lévy, les 100.000 Français qui se font opérer chaque année le feront quoi qu’il arrive et c’est un nombre encore limité, même si nous parvenons à l’accroître ». L’homme rappelle qu’il ne faut qu’un laser et 8 secondes pour guérir un myope et estime que si cette chirurgie très répandue en Israël, notamment parce que l’armée y pousse ses jeunes conscrits, l’est moins en France, c’est en raison de la pénurie d’ophtalmologistes. Il envisage donc de créer un réseau de 20 cliniques spécialisée dans l’Hexagone. « La proximité entre les professionnels de l’optique et le milieu médical est une réalité. La chirurgie réfractive en est le prolongement naturel », résume-t-il.

Interview réalisé pour le journal Les Échos – Le 07/04/2016 – Voir la source